Nimbus II, 2012 Digital C-type Print  75x112 cm Hotel MariaKapel, Hoorn photo- Cassande

Nimbus II, 2012 Digital C-type Print 75×112 cm Hotel MariaKapel, Hoorn photo- Cassande

L’entre deux, ce moment fugitif connaissant une apogée fugace qui se dérobe au regard, se désagrège en un instant, peut s’appréhender comme un corridor entre la construction et la déconstruction. C’est précisément dans ce corridor qu’œuvre l’artiste plasticien hollandais Berndnaut Smilde. Ce passage transitionnel, cet espace que l’on franchit mécaniquement pour en sortir aussitôt, pour rejoindre un ailleurs, devient un lieu où l’on se pose enfin, un lieu à part entière… Un petit boudoir où se joue l’essentiel. Cette temporalité suspendue, instant de grâce évanescente que le cliché photographique va tenter de capturer, moment de friction entre ce qui est en train d’émerger et ce qui disparaît, devient comme le microcosme d’un cycle naturel en accéléré. Interrogeant la dualité qui oppose naturel et artificiel, apparence et réalité, Berndnaut Smilde use de l’architecture comme d’un lieu idéal dont il trouble le champs perceptif pour l’inscrire dans cette temporalité paradoxale.

Détournant l’espace de sa fonction, il fait surgir dans des univers architecturés une nature technologique, phénoménologique, pour conférer aux lieux qu’il va investir un sens nouveau. Le coté insaisissable, fugace de la nature raisonne alors comme l’attrait de défiance ultime auquel il va se mesurer en maniant des composants comme l’air conditionné, l’arc en ciel ou le nuage. Berndnaut Smile recompose artificiellement une nature là où elle ne pourrait exister, faisant jaillir du poétique, du merveilleux de ses curieuses éprouvettes.

Conditioner, 2009 tubes, plastics, ventilators, antiseptic air 0,5x0,5x43 m Auto Italia South East, London, UK As part of 'Automatic' curated by  Gavin Murphy and Chris Fite-Wassilak

Conditioner, 2009 tubes, plastics, ventilators, antiseptic air 0,5×0,5×43 m Auto Italia South East, London, UK As part of ‘Automatic’ curated by Gavin Murphy and Chris Fite-Wassilak

Conditioner - Royal Hospital, 2010 tubes, plastics, ventilators, photo's, video, antiseptic air Bunker project by galerie West, The Haque Photo- Jhoeko

Conditioner – Royal Hospital, 2010 tubes, plastics, ventilators, photo’s, video, antiseptic air Bunker project by galerie West, The Haque Photo- Jhoeko

Dans Conditioner, des systèmes d’assainissement antiseptique exhalent une atmosphère viciée, pointant un ambigu sentiment d’oppression et de mal aise. Véhiculant un air purifié de toute bactérie, ces amas de tuyaux diffusent néanmoins une effluve putride, irrémédiablement reliée à l’idée de maladie, modifiant soudainement l’espace dans sa perception et dans la réalité du système mis en place.

piele, 2012 - 2013 -Cardboard, photomural, tiles 190 x 285 cm (3 pieces) Land of Tomorrow, Louisville

Kammerspiele, 2012 – 2013 -Cardboard, photomural, Land of Tomorrow, Louisville

Kammerspiele 2012-2013 - Land of Tomorrow - Louisville

Kammerspiele, 2012 – 2013 -Cardboard, photomural, tiles 190 x 285 cm (3 pieces) Land of Tomorrow, Louisville

Dans Kammerspiele, un bloc carrelé d’un blanc médical vient se poser anachroniquement sur des visons champêtres autoportantes et barre la possibilité d’appréhender globalement un paysage enchanteur. S’immisçant à la frontière troublée du naturel et de l’artificiel la série explore le concept d’espace et d’apparence par le biais de représentations de paysages idéalisés, faisant osciller son spectateur entre satisfaction visuelle et frustration. Ces cartes postales grand format, à la manière d’un décor de théâtre, redécoupent l’espace qu’elles investissent pour créer, à travers leurs fenêtres percées et les fenêtres réelles qu’elles laissent entrevoir. Un labyrinthe d’espaces intérieurs et extérieurs s’interpénètrent et se font écho en d’habiles trompe l’œil.

Unflattened, 2012 Photomural, prism, light 200x300 cm Kasteel D'Aspremont-Lynden, Rekem, BE Land of Tomorrow, Louisville, US

Unflattened, 2012 Photomural, prism, light 200×300 cm Kasteel D’Aspremont-Lynden, Rekem, BE Land of Tomorrow, Louisville, US

Unflattened, 2012 Photomural, prism, light 200x300 cm Kasteel D'Aspremont-Lynden, Rekem, BE Land of Tomorrow, Louisville, US

Unflattened, 2012 Photomural, prism, light 200×300 cm Kasteel D’Aspremont-Lynden, Rekem, BE Land of Tomorrow, Louisville, US

La série Unflattened joue sur ce même registre de représentation bucolique. Un paysage paradisiaque s’ornemente de la projection d’un arc-en-ciel inversé redessinant ainsi un panorama altéré que son auteur transcende à l’artificiel, retournant le signifiant magique de l’arc-en-ciel pour lui conférer une soudaine vision apocalyptique. Smilde se joue du tangible et du trucage. Donnant corps à ce qui appartient d’accoutumée à l’effet d’optique  il empreint l’image d’un signifiant en instable équilibre entre positif et négatif.

Nimbus, 2010 Cloud in room Digital C-type Print , 75x112 cm Probe#6, Suze May Sho, Arnhem

Nimbus, 2010 Cloud in room Digital C-type Print , 75×112 cm Probe#6, Suze May Sho, Arnhem

Nimbus Platform57 2012. Photo by Cassander Eeftinck Schattenkerk.

Nimbus Platform57 2012. Photo by Cassander Eeftinck Schattenkerk.

imbus Cukurkuma Hamam 2012. Photo by Onur Dag

Nimbus Cukurkuma Hamam 2012. Photo by Onur Dag

Poussant plus avant l’expérimentation scientifique, il donne lieu à son œuvre la plus notable, au sein de laquelle il recrée physiquement un nuage en un lieu architecturé. Le Nimbus passe de l’émanation la plus industrielle à l’apparition désincarnée paroxysmique suivant le décor dans lequel il apparaît. La véracité de l’image est ici interrogée, notamment avec son œuvre « the green room » qui n’est autre qu’une reproduction de la salle aux miroirs de Versailles, à San Francisco. Son nimbus semble y flotter nonchalamment, avec une sorte d’élégance aérienne, la préciosité baroque du décorum lui conférant une incongruité surnaturelle et jubilatoire… Dans Nimbus II, une puissance esthétique toute particulière émane de la chapelle de l’hôtel MariaKapiel, un lieu de culte dont la charge spirituelle offre à cette apparition y suspendant son vol une dimension transcendantale.

Nimbus NP3, 2012 Digital C-type Print  75 x 111 - 125 x 185 cm NP3, Groningen Photo- Cassander Eeftinck Schattenkerk

Nimbus NP3, 2012 Digital C-type Print 75 x 111 – 125 x 185 cm NP3, Groningen Photo- Cassander Eeftinck Schattenkerk

Nimbus Minerva 2012. Photo by Cassander Eeftinck Schattenkerk.

Nimbus Minerva 2012. Photo by Cassander Eeftinck Schattenkerk.

Nimbus Green Room, 2013 Digital C-type Print  75 x 102 - 125 x 170 cm Green Room, San Francisco Photo- RJ Muna

Nimbus Green Room, 2013 Digital C-type Print 75 x 102 – 125 x 170 cm Green Room, San Francisco Photo- RJ Muna

bus d'Aspremont 2012, Kaastel d'Aspremont photo- Cassander Eeftinck Schattenkerk

NImbus d’Aspremont 2012, Kaastel d’Aspremont photo- Cassander Eeftinck Schattenkerk

Berndnaut Smilde est avant tout un artiste plasticien et conceptuel. Faisant appel à des photographes locaux pour figer en trace documentaire cet indéfinissable dont on ne sait si il est en train de naitre ou de mourir, il étudie sans relâche ce point de jonction particulièrement ambigu entre espoir et déclin, ce lieu étrange de la situation transitoire ouvrant sur la question de la périssabilité.

A l’instar d’un Olafur Eliasson, Smilde inscrit son œuvre dans une démarche de recomposition artificielle de la nature. Détournant le terme environnemental pour faire surgir une sorte d’éco système synthétique générant des instants de pure beauté, il projète son spectateur devant une forme de contemplation naturellement impossible et inéluctablement éphémère. Il use de la déconstruction de la nature autonome comme d’un ambigu moyen de reprise de contrôle sur elle. Par des procédés laborantins, il la dissèque, la met en boite, la dépossède de son caractère sacré – et par essence intouchable –, tout en lui permettant de naitre artificiellement en un lieu incongru où elle n’aurait pu exister par elle-même. L’artiste transcende l’apparition, provoque par la décontextualisation forcée l’émotion de son public et confère à un nuage désarmant de simplicité et d’universalité l’envergure d’une quintessence poétique.

Et pourtant, ce nuage, reliquat de songe, bout de décor extrait de doux contes, ne traite dans l’absolu que du vide. Du rien dans du rien. Une masse d’air dans une autre qui, par le jeu d’une mise en représentation évocatrice, sublime l’émotion et magnifie le sens. Un peu plus dense que l’atmosphère, ce nimbus se fait symbole d’un combat de l’homme pour se libérer des contingences d’une nature qui l’assujettit, pour côtoyer les divinités et s’octroyer la puissance créatrice. Il se fait manifestation, aussi, d’un entre deux, lieu de coexistence entre réalité et représentation, architecture paradoxale de toutes les potentialités.

site de l’artiste: http://www.berndnaut.nl/