424213_396128757068816_2049403197_n

Petit florilège d’une sélection musicale en image à travers 10 vidéos, tout autant dignes d’intérêt visuellement que par les sons hypnotiques qu’elles distillent. Pour ce premier opus de l’hiver, qui passe de l’éternel Bryan Ferry au tout juste éclos Velour Modular, mes remerciements particuliers vont  à l’artiste et ami Pascal Pillard, dont beaucoup des perles sont issues de ses exquises trouvailles.

Commençons par deux clips canons du groupe canadien qui revient en force Arcade Fire:

–  1 – Le clip Officiel de Reflector réalisé par le vidéaste plasticien Anton Cobijin qui a encore inventé des personnages improbables. Que dire de ces funérailles toutes incrustées d’éclats de miroir ? La mort se porte bien et s’admire absudement réfléchie à l’infinie.

– 2 – Deuxième clip non officiel  des Arcade Fire pour le titre sulfureux Porno, monté à partir d’archives  d’effeuilleuses burlesques, un anachronisme qui fonctionne on ne peut mieux! (il est tellement unofficial qu’il faut cliquer sur le lien qui n’apparait pas directement… désolée… mais il vaut le détour au moins pour  Shery la tiger dancer!)

http://www.youtube.com/watch?v=BgkYJskW3eo

3 – Le groupe abstract electropop Velour Modular est fraichement formé par la chanteuse française Annabelle Guilhem et le producteur espagnol Hektagon. La vidéo est un OVNI  énigmatique réalisé par Cristian Straub, en Islande. Il est influencé par ce qui constitue les référents des membres du groupeWilliam Blake, l’étude de la numérologie, l’obsession du temps et les vieux films de science fiction. Une trouvaille insolite tout juste éclose, juste pour vous.

4 – Revenons au Canada ( décidément bien prolifique) avec le groupe rock indépendant  Suuns pour le titre Pie IX. Des flash aveuglants crépitent obstinément de l’obscurité pour révéler un univers  sensuel tout autant qu’étrange, baigné de sons expérimentaux bien dark.

5 – L’éternel Bryan Ferry avec son clip Shameless nous régale sa pop électro sensuelle dans l’exact prolongement de l’indémodable Non stop The Dance. Avalanche de mélopée veloutée, de choeurs de sireines et de cette esthétique saturée de couleurs et de top models qui est sa marque de fabrique, on ne s’en lasse pas.

 6 – Un remix du Love is The Drug de Roxy Music par Tod Terje, dont le visuel a  été créé et édité  par Ferry Gouw.  Les séquences additionnelles  sont générées par Anna Boberg. Mélange improbable d’images d’archives du groupe, d’archives d’icônes cinématographiques. Le tout dans la chromie saturée pop de rigueur.

7 – Un Ovni  à la Siouxsie que l’envoutant  Soft Skin de Cosmetics . Il nous narre un secret de beauté aux relents vénéneux façon réclame  américaine 50’S…

8 -L’étonnante vidéo de l’excellent groupe Unkle  pour le titre Hold my hand. Une narration de sauvetage désespérée anti-dépressive. A voir jusqu’à la fin. Emouvante.

9 –  De la pop française décalée . Mesdames et messieurs si vous ne le connaissez pas encore voici Lafayette. Un néo Dutronc plein d’humour et d’élégance rétro, comme je les affectionne. Ma préférence va au clip Les dessous féminins, abordant la question du fétichisme  de façon particulièrement distanciée…

10 – Autre souvenir inaltérable le sublime This is hardcore de Pulp. L’élégante vidéo, à l’image de sa musique, nous révèle un tournage glamour grinçant, puisant encore une fois avec bonheur dans l’âge d’or hollywodien.